Blogue 2 coverpic credit 2

Pour mon blogue de cette semaine, j’ai appris qu’il est impossible de s’ennuyer pendant les fins de semaine d’été à Prescott-Russell ! En une journée, le dimanche 15 juillet, j’ai eu la chance de participer à deux événements bien différents l’un de l’autre ; le Festival Jessup’s Falls 2018 et la pièce de théâtre Roméo et Juliette, présentée par Repercussion Theatre à Hawkesbury.

Festival Jessup’s Falls 2018

Le Festival Jessup’s Falls, qui en est à sa deuxième édition, est organisé par le regroupement sans but lucratif EscarpAction. Selon leur site web, « Escarpaction a comme mission de préserver et de protéger le patrimoine naturel de Jessup’s Falls, son eau, son air et sa biodiversité pour notre bien-être et celui des générations à venir ».

Blogue2 5

Le festival a eu lieu dans l’aire de conservation Jessup’s Falls, sur le bord de la rivière Nation Sud, et la journée était ensoleillée et chaude ! Les grands arbres dans le parc ont fourni de l’ombre pour les nombreux visiteurs présents. Avec une programmation qui se concentrait sur l’art, la culture et le patrimoine de la région, il y avait quelque chose pour toute la famille : des visites guidées du boisé; des artistes, artisans, commerces et produits locaux; et des activités pour les enfants.

Sous la tente-galerie d’art, on pouvait voir des oeuvres célébrants le plein air et la nature de la région. J’ai même vu des œuvres de membres du CAPRAC comme Léola Meagher, Suzanne Bohay, Leeça St-Aubin, Line Labrecque et Carol Penny. Parmi les artisans, François Gours était sur place avec ses magnifiques tableaux sculptés dans du bois mou de la région. En discutant avec les artistes, j’ai appris à propos de leur motivation et leur processus de travail. Le meilleur conseil que j’ai reçu est de prendre le temps nécessaire de travailler à notre passion. La création et la maitrise de son art doivent aller main dans la main avec la patience et la persévérance, et nos artistes locaux font preuve de ceci !

Blogue2 2

Des groupes d’action communautaire étaient là pour sensibiliser les gens à l’écologie et partager leurs travaux. Nos styles de vie et nos habitudes d’achat ont souvent un impact direct sur l’environnement et ces groupes étaient là pour informer les jeunes et les moins jeunes de manière interactive.

Mon coup de cœur de l’après-midi était la présentation de l’historien Michel Prévost. Né dans la région de Prescott-Russell, il a fait une présentation sur les villages fantômes dans les comtés, plus spécifiquement Jessup’s Falls. Bon, la présentation m’a confirmé que la région n’est pas nécessairement hantée (comme le titre me l’a fait croire), mais j’ai appris que Jessup’s Falls avait le potentiel d’être un village important au 19e et au début du 20e siècle. Avec son moulin à scie, le village possédait aussi un moulin à grain, un moulin à textile et même un bureau de poste (très important à l’époque) ! Ils ont même voulu changer la « capitale » de la région de L’Orignal à Jessup’s Falls.

Blogue2 4

Pourquoi cela n’est-il pas arrivé? En 1914, la scierie a été incendiée et les gens partent vers des villes où il y avait de l’emploi. De plus, l’élévation du niveau d’eau a fait disparaitre les chutes. Bien que la présentation était très intéressante et instructive sur la façon dont notre histoire régionale a un impact sur l’histoire du monde, M. Prévost a noté qu’il y a encore beaucoup à découvrir sur l’histoire de Jessup’s Falls ! Un bon sujet de recherche pour un futur historien !

C’était un bel après-midi au Festival de Jessup’s Falls où j’ai appris sur l’histoire, les artistes et le patrimoine naturel de notre région ! Si vous n’avez pas pu être là, ne manquez pas la troisième édition en 2019 !

Shakespeare à Hawkesbury

En arrivant à la Place des Pionniers, j’ai tout de suite remarqué le décor brutaliste et imposant, mais qui semblait faire partie du parc depuis longtemps avec son air de bâtiment en ruines. Sur la pelouse devant la scène, des gens de tout âge étaient installés dans leurs chaises de parterre. L’énergie ressentie a bien été mise en mots par une spectatrice assise près : « Comme c’est excitant de voir du Shakespeare à Hawkesbury ! » Et le spectacle commence !

Blogue2 1

Célébrant sa 30e saison, la troupe Repercussion Theatre, spécialiste du genre Shakespeare dans les parcs, présentera leur production de Roméo et Juliette une trentaine de fois cet été. Le théâtre étant établi à Montréal, fais sa tournée principalement au Québec, seulement deux villes ontariennes ont le plaisir de les accueillir (heureusement, Hawkesbury en était une !). Leur mission ; « présenter des œuvres théâtrales visuellement dynamiques, professionnelles, ancrées dans le répertoire classique, et accessibles à tous les spectateurs, quelle que soit leur situation financière, culture, langue, âge ou niveau d’éducation. » Eh bien, je confirme que la mission a été accomplie ! Jeunes et moins jeunes faisaient partie de l’audience, la production était moderne et accessible, il n’y avait pas de frais d’entrée, et une application pour téléphone intelligent a été créée pour suivre le texte en français !

Dès la première scène, nous savons que la production sera dynamique, fraiche et rythmée ! Le prologue est accompagné de percussions, de chants a cappella (par les acteurs) et d’une chorégraphie endiablée ! Les costumes semblent intemporels; un mélange entre le style élisabéthain et un style androgyne moderne qui permet la fluidité des genres. Oh oui, il est important de noter que cette production a changé le genre de certains personnages; dans le cas des pères Capulet et Montague, ils sont joués par des femmes, et Lady Capulet est jouée par un homme. Malgré cela, le sexe des personnages reste pareil. Par contre, le personnage de Roméo est une femme et ses pronoms sont modifiés dans le texte de Shakespeare. Personnellement, j’ai trouvé ce changement facile à suivre et cela a donné une dimension intéressante et moderne à l’histoire.

Bien que cette production ne soit pas la première à changer le genre des personnages pour défier les rôles traditionnels (on ne peut oublier qu’il était interdit aux femmes de se produire au théâtre à l’époque de Shakespeare, alors les rôles féminins étaient interprétés par des jeunes hommes), elle change la narrative en présentant l’amour entre deux femmes. Certaines situations ou répliques ont maintenant une nouvelle signification. Par exemple, lorsque la nourrice ordonne à Roméo, en pleine crise d’émotion, de se lever et faire d’elle une femme (dans cette production), on remet en question le dicton traditionnel de faire un homme de soi. De plus, le fait que Juliet refuse son mariage au noble Paris et ne veuille pas annoncer son amour pour Roméo à ses parents peut s’expliquer ici par la peur de faire son « coming out » en plus du conflit familial entre les Capulets et les Montagues. Par contre, les personnages conscients de cet amour l’acceptent entièrement (comme le veut la pièce) et cela donne un message d’acceptation des choix d’un individu. Ce fameux récit d’amour hétérosexuel devient ici une célébration d’amour du même sexe.

Blogue2 6

Je pourrais écrire indéfiniment sur tous les comédiens extraordinaires et combien ils ont réussi à rendre chaque personnage crédible et multi dimensionnel, mais je me limiterai à parler de mon comédien coup de cœur de la soirée. Adam Capriolo dans les rôles de Mercutio et le prince a fait ressortir l’humour et le sarcasme de Mercutio et l’a joué de manière extravagante et excentrique. On se souvient sans doute de la monotonie de lire la pièce dans nos classes au secondaire. Grâce à la performance des comédiens, et de Capriolo en particulier, le public a pu comprendre l’humour, parfois subtil, de Shakespeare !

C’est toujours une belle expérience lorsqu’on peut témoigner de l’art en dehors de son milieu traditionnel. Dans ce cas, le parc rend la présentation plus accessible à tous et fait un étrange parallèle avec la vraie vie; malgré le drame présenté sur scène (ou autour du monde), la vie autour continue comme toujours. Heureusement, il s’agissait d’une pièce de théâtre et les spectateurs peuvent repartir paisiblement à la maison, mais je suis convaincu que cette production n’a laissé personne indifférent !