Christine Lenoir-Godin

Langue parlées français, anglais

Bio

  • Biographie et déclaration de l'artiste

    Je peins depuis 60 ans – j’ai créé avec pastels, aquarelles, encre et graphite. Depuis 2010 lorsque j’ai redécouvert l’acrylique, j’en ai fait mon médium de choix. En plus je fais de la sculpture en argile et avec objets trouvés, du collage et techniques mixtes (du nouveau pour moi) j’ai fait de l’art éphémère, et j’ai créé en encaustique un peu aussi. De plus, je suis un peintre ambidextre.

    Lorsque je peins, je n’ai presque jamais une idée préconçue, j’arrête de penser et je m’occupe uniquement de ce qui se passe entre moi, le médium et la toile (ground).

    Je n’aime pas du tout l’art représentationnel – avec les bols de fruits, les jolis chiens, les jolies petites fleurs, les belles personnes dans de belles poses des petites terraces mignonnes ce n’est pas du tout mon genre – je trouve qu’on regarde cela depuis des siècles déjà – si vous voulez le réalisme prenez une caméra – moi, je suis pour la Création Pure et Nouvelle et Unique.

    Le seul temps que je m’approche du réalisme ou du représentationnel c’est dans mes paysages impressionnistes dans lesquels j’exprime mon amour pour les arbres, le ciel et la terre – surtout les arbres - qu’on déracine avec abandon dans les comtés unis.

    Seulement lorsque je travaille à partir des modèles vivants en studio, que je pratique la discipline du réalisme – c’est comme se tenir en forme pour moi.

    En aquarelle, je suis la rebelle – je persiste à y mettre du BLANC et du NOIR – car je suis de l’opinion que le peintre et le « Boss » - Je suis la créatrice, JE décide ce que JE vais créer. Naturellement, je me trouve bannie des « Associations d’aquarellistes-puristes » - on est au 21ie siècle! Oui pour le Noir! Oui pour le Blanc! Oui à la LIBERTÉ de l’artiste!

    J’ai récemment obtenu mon certificat d’art général (programme de 3 ans) de l’École des Arts d’Ottawa, au campus d’Orléans – où j’ai réussi à comprimer 3 ans en un an.

    J’ai exposé localement depuis 2010. Je suis aussi prof bénévole dans des organismes pour la santé mentale.

    J’ai passé 65 ans, j’ai passé ma jeunesse en enfer, je combats constamment avec la dépression, alors j’ai énormément de sympathie pour les gens ainsi affligés.

    Ce qui « pousse » ma créativité est l’événement en 1999 où je faillis perdre la vue. Dr Bill Britton, le chirurgien m’a sauvé de devenir aveugle, car la rétine dans mes deux yeux se détachait. Depuis ce miracle, je donne à TOUT ce que je regarde – un troisième regard – et c’est à cause de ça que je suis si fascinée par l’image à l’intérieur d’une autre image et que je peins de la façon que je le fais.