Edgar Hernandez

Langue parlées Français, anglais, español et awakateka

Bio

  • Bio

    Edgar Hernandez est un artiste émergeant né en République du Guatemala. Il travaille principalement dans la projection médiatique ainsi qu’avec la sculpture. Toutefois, il utilise le dessin, l'audio, la peinture, l’impression 3D et la photographie afin d’enrichir son art. Hernandez détient un Baccalauréat en arts visuels avec une mineure en espagnol de l’Université d’Ottawa. Il a un grand intérêt pour les arts, les langues, la technologie numérique, l’architecture et le design graphique. De plus, il détient un diplôme en art graphique de La Cité (le collège d’arts appliqués et de technologie).

    Son étude de la fusion d'une variété de matériel a augmenté son processus d'enquête. Une de ces installations, Compression et Expansion I & II - 2015, est une série de sculptures qui examine l’étendue, le temps et la lumière. Hernandez travaille de façon astucieuse avec différents médias. En 2015, il recevait le prix d’excellence en sculpture de l’Université d’Ottawa. En prenant modèle sur les notions classiques et modernes de la forme, ses sculptures créent un dialogue entre l’étendue et le temps. Ces structures organiques sont ensuite jumelées avec des projections vidéo qui permettent d’aborder la question contemporaine de la communication et les changements créés par les médias sociaux. Avec son acharnement incroyable et une attitude positive, celui-ci réalise des œuvres novatrices pendant ses années d’étude universitaire.

    De plus, Hernandez a collaboré et exposé parmi des artistes provenant de diverses régions. Notamment, après avoir obtenu son diplôme universitaire, il a été choisi pour participer à la 11e édition de Peinture fraîche et nouvelle construction chez Art Mûr à Montréal. Également, Hernandez a eu l’opportunité de participer à l’exposition «La forêt des hommes», au Centre culturel Le Chenail à Hawkesbury. Son regard sur le monde présent est une projection de l’avenir. Par exemple, l’œuvre récente « Forêt et santé – In Beetween Nowhere » remet profondément en question le service que les abeilles rendent à la forêt en relation à notre santé physique et mentale.

    Présentement, Hernandez est membre du Conseil des arts Prescott Russell Arts Council (CAPRAC) et de l’Association ontarienne des artistes visuels et médiatiques professionnels Le CARFAC Ontario (Canadian Artists’ Representation/Le Front des artistes canadiens) fondé en 1968. De plus, Hernandez a eu l’opportunité de voyager à New York avec un groupe d’artistes universitaires et au Guatemala pour un projet missionnaire. Une de ses plus grandes réalisations est d’avoir participé au projet d’aide au développement en République Dominicaine à deux reprises en 2016 et en 2017. Bref, à l'heure actuelle des médias numériques et sociaux, son travail reflète l’époque de la mondialisation.

    Déclaration d’artiste 

    Depuis deux ans, mon travail a révélé les aspects de la relation humaine à la nature avec un lien profond de notre climat. De nombreuses personnes ont des opinions divergentes sur le changement climatique, alors dans ma recherche j’explore les différents aspects de ces problèmes invisibles dans notre environnement. De plus, mon approche de production à l’aide de la sculpture, de la peinture, de la photographie, du dessin et des projections vidéos, le contexte d'une œuvre unique a un impact relationnel sur le spectateur qui expérimente un plaisir esthétique et l'essence de mon travail.

    Le contexte de mon travail fluctue de l'architecture à la nature, de la projection vidéo à la photographie et des ondes acoustiques expérimentales à un moment précis dans la vie. J’examine aussi l’étendue, le temps et la lumière en explorant l'impact potentiel des matériaux traditionnels pour donner un sens à mon art. Attirer le processus et être attiré par le processus donne une voix et un but à la création d'une nouvelle langue dans mon travail. Mon enquête se déroule sur différentes plateformes qui ont pour but d'inviter les spectateurs à témoigner et leur donner une chance unique de mettre en question leurs points de vue, leurs croyances et leurs perceptions d’une œuvre finale.

    Mon objectif de créer une œuvre unique est de bien comprendre notre écosystème pour mieux y vivre chaque jour. Souvent, nous sommes préoccupés par nos situations financières sans nous rendre compte de notre entourage. En d'autres mots, nous devons nous questionner plus fréquemment afin de mieux comprendre ce que nous avons en commun avec la faune, les abeilles et l’environnement. Par exemple, comment pouvons-nous préserver la faune? Est-ce possible de vivre sans les abeilles? Comment pouvons-nous mieux protéger l’environnement? Quel impact les abeilles et les arbres ont-ils sur notre santé physique et mentale? En outre, en tant que citoyens responsables, nous devons travailler en étroite collaboration afin de trouver des solutions à la préservation de notre planète.

    Mes tableaux, «Escalade des montagnes» et «Forêt et santé – In Beetween Nowhere » examinent la mémoire, la relation entre la forêt et la santé physique et mentale des individus. J'ai également exploré des problèmes sociaux tels que les suicides sur les campus et j'ai relié ces problèmes à la crise de la santé mentale dans notre société. Les gens ne peuvent pas changer en un clin d'œil; cependant, l'art est la voix et les yeux des opprimés. Finalement, pendant ma prochaine étape, je continuerai d’approfondir mes recherches. Cela me permettra d'aborder des sujets contemporains entourant les changements sociaux, la discrimination et la communication, sans oublier le monde des médias sociaux dans notre époque numérique.